Hartmann Home

Oliver Hartmann poursuit sa carrière solo avec son deuxième album, Home. S’il parait de plus en plus à l’aise pour jouer les David Coverdale de service, on regrettera juste que les défauts de son premier album, Out In The Cold, n’aient pas été corrigés.
Le meilleur côtoie le pire sur cette galette de rock mélodique et le démarrage est un peu hésitant : Coming Home To You au refrain pré-formaté Frontiers, une ballade banale sauvée par la voix d’Oliver Hartmann (My Everything Is You). Rien de bien excitant à première vue. Pourtant, au fur et à mesure que l’album défile, on remarque la présence de rock bien balancé, direct, aux refrains entêtants (Just For You, Somewhere Someday) et avec un feeling parfois proche des années 70 (Millionaire, avec son tempo rapide, passerait presque pour un remake de Lady Double Dealer, sur l’album Stormbringer… de Deep Purple !).
Tout le talent d’Oliver Hartmann, la classe évidente dont il fait preuve (sur les ballades I Don’t Want To Know et Lay All Your Love On Me par exemple), sa sensibilité, son feeling… on ne peut être qu’admiratif. On sent les progrès effectués depuis Out In The Cold, belle revanche pour celui que l’on croyait cantonné à du heavy de 3ème division avec At Vance. Il manque juste un peu plus d’homogénéité dans la qualité de ses chansons, mais on y est presque.